Les quatre éléments clés d’un projet immobilier écologique

Un projet immobilier écologique, selon Vue sur Vert, combine qualité environnementale, qualité d’usage et qualité architecturale – l’écologie, le confort et l’esthétique – et dont les budgets d’investissement et de fonctionnement sont maîtrisés.

Chacun de ces éléments concerne tout autant les bâtiments construits ou rénovés que leurs aménagements et peuvent être abordé à travers une approche globale :

  • La qualité environnementale s’envisage à la fois du point de vue de la conception et de la construction des bâtiments et de leurs aménagements (ex : bioclimatisme, systèmes constructifs, matériaux utilisés et énergie grise,…), de leur fonctionnement (ex : sources et consommations d’énergie et d’eau…), et de leur relation au territoire (ex : un bâtiment accessible en transports en commun aura moins d’impact qu’un bâtiment non desservi nécessitant des véhicules individuels pour y accéder).
  • La qualité d’usage correspond au confort et au bien-être que procurent les bâtiments et leurs aménagements du fait de leurs qualités intrinsèques (ex : confort visuel, acoustique, thermique, végétalisation…), et du fait de leurs qualités extrinsèques (ex : localisation, proximité avec des services, des lieux de vie, des transports en commun…).
  • La qualité architecturale donne sa place à la question subjective de l’esthétique, à l’émotion que peut procurer la forme donnée au bâti, source de plaisir et d’identification.
  • La faisabilité financière du projet immobilier écologique. Celle-ci se mesure à court terme, au travers du budget d’investissement qu’il nécessite, et sur le long terme, au travers du budget de fonctionnement du bâtiment. Il s’agit, en mettant en corrélation ces deux budgets, de viser l’objectif d’une opération bénéficiaire. Par ailleurs, la dimension écologique constituera un argument important de la commercialisation du projet (voir l’étude menée par les notaires sur la valeur verte dans l’immobilier).